DRJSCS Occitanie

DRJSCS Occitanie

Retour à la page d'accueil
>Formations web >SPIP >Catherine >mon premier article

mon premier article

Article Catherine 20/02/2019

blaaaaa

Les acteurs du logement unis contre la politique du gouvernement

intertitre

Le gouvernement a-t-il réussi à coaliser contre lui tous les acteurs de la filière du logement

Les voilà unis comme jamais dans un front du refus, qui va de la Fédération française du bâtiment à la Fondation Abbé Pierre, en passant par l’Union sociale pour l’habitat, qui fédère les organismes HLM. Ces acteurs sont aussi soutenus par trois organisations d’élus : l’Association des maires de France, l’Assemblée des communautés de France et, au nom des métropoles, France urbaine. « Inquiets de la situation du logement en France et de son décalage avec les attentes des ménages », ils appellent, mercredi 20 février, à « une politique du logement plus ambitieuse ». Autrement dit, à en changer.

Ce sont les chiffres de la construction qui déclenchent cette union sacrée :

les permis de construire et les mises en chantier ont, en 2018, reculé respectivement de 7,2 % et 7 %, passant sous la barre des 400 000 logements commencés. Plus inquiétant : le nombre de programmes ayant obtenu un permis sans finalement voir le jour monte en flèche et atteint le taux inédit de 28 %. Les constructeurs de maisons, dans un communiqué du 14 février, déplorent aussi « une récession du marché », qu’ils attribuent « à la remise en cause brutale des aides au logement », notamment la réduction de moitié du montant des prêts à taux zéro dans les villes moyennes et en zones rurales, et la suppression des aides personnalisées à l’accession à la propriété.
Secteur du HLM meurtri

Les propos qu’Emmanuel Macron a tenus devant 600 maires, le 15 janvier, à Grand Bourgtheroulde (Eure), ont blessé : « On a le système européen qui a le plus de dépenses publiques sur le logement et l’un des moins bons sur le mal-logement », a alors soutenu le président de la République. Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment, ne cache pas son agacement : « J’en ai marre qu’on dise que la politique du logement coûte cher. Oui, on y injecte 42 milliards d’euros d’aides budgétaires et fiscales mais elle rapporte 74,4 milliards d’euros. Et dire qu’elle ne fonctionne pas est faux : la France a le taux le plus faible d’Europe des ménages consacrant plus de 40 % de leurs ressources à se loger. Sans oublier les emplois créés : deux pour un logement neuf ; un et demi pour un logement rénové. »